PANTHEON d'INTER ACTION

Aux grands hommes Inter-Action reconnaissante !

Ce "Temple de la renomée" (Hall of Fame) n'est pas exhaustif. Il ne demande qu'a s'enrichir de vos contributions. Tout concepteur amateur et a fortiori tout membre d'Inter-Action doit connaître ou (re)découvrir les anciens. En effet :

"On ne vient pas de nulle part et il serait souhaitable qu'on n'aille pas n'importe où !"
Le Claviste

A - F ... G - L ...M - Q ... R - S... T - Z


- A -


Jean ANDREAU (1890-1953)

Ingénieur remarquable par la qualité de son raisonnement, Jean ANDREAU est le concepteur de la Peugeot 402 mais surtout de la Mathis VEL 333.
La Mathis 333 (1946) avec des matériaux et des procédés classiques et limités permet de transporter trois personnes (265 kg de charge utile) dans un véhicule de 380 kg à vide seulement à 100 km/h pour trois litres d'essence aux 100 km et une quinzaine de chevaux.
Cx = 0,22 (référencé à la surface frontale)
SCx = 0,43 m²
Jean Andreau à également travaillé sur un concept original d'éolienne à dépression de très grande simplicité mécanique.


Oleg K. ANTONOV (1906 - 1984)

"Apprendre aux futurs ingénieurs à construire, de leurs mains, des avions est le plus sûr moyen de préparer les créateurs motivés, plus utiles à l'aéronautique que tous les simples détenteurs de parchemins..."

Inutile d'en dire plus sur le créateur du bureau d'étude à l'origine d'un des avions utilitaire le plus produit et sans doute le plus rustique au monde (An 2) ainsi que de l'avion de plus lourd jamais construit : l'An 225 Mriya ("Mriya" signifie Rêve en Ukrainien)!
Oleg K. ANTONOV


ARCHIMEDE (287-212 av. JC)

Un théoricien/praticien qu'on ne présente plus.
Gros intérêt pour les amateurs de dirigeables (et de bateaux).

Son théorème est tellement simple de formulation qu'il est inclus dans le premier cours de Physique, enseigné en classe de seconde, avec les unités de mesures.

C'est aussi pour cela qu'il est le plus oublié par des intellectuels bardés de diplômes se prétendant "scientifiques" (qui sont désormais dénommés "techno-crétins", depuis le colloque de Cachan).

Ce théorème s'exprime ainsi : "tout corps plongé dans un fluide subit une force de bas en haut égale au poids du fluide déplacé".... et accessoirement ressort mouillé !


Mike ARNOLD (1940-2015)

Le créateur da l'AR-5, aéronef à train fixe, monoplace, ayant atteint un Cfe exceptionnel de 0,0037.

A sa première sortie l'AR-6, dernière création de Mike Arnold s'est placé second dans la final de Reno à la moyenne sur 25 km de 402 km/h.



Encore une fois, un amateur éclairé (Arnold qui travaillais dans le documentaire filmé) fait mieux que les professionnels...
Son humilité, son bon sens transparaissent dans les vidéos qu'il à mis à disposition des amateurs. Il nous laisse une série de vidéos et deux beaux appareils.

Signalons également son article Inverse Pressure Gradient MAtching,où il atire notre attention sur les trainées d'inter action.

http://www.ar-5.com/

- B -


- C -


Bruce H. CARMICHAEL (1924-2015)

Bruce CARMICHAEL est peu connu outre atlantique. Il fut pourtant un pionnier dans l'aérodynamique à faible nombre de Reynolds. Ses travaux au Raspet Flight Research Laboratory avec le Docteur August Raspet sur le contrôle de la couche limite laminaire ont influencé une génération de concepteurs. Très investi également dans le développement des planeurs, l'OSTIV (Organisation Scientifique et Technique Internationale du Vol à Voile) lui a décerné un prix pour :"ses contributions significatives pour la technologie des planeurs dans le domaine des recherches en écoulements laminaires, ses papiers pédagogiques, ses articles de vulgarisation, ses livres et ses séminaires".


PERSONAL AIRCRAFT DRAG REDUCTION

Un ouvrage passionnant par un partisan des écoulements laminaires: "Mr. Low Speed Aerodynamics". Mr Carmichael, bien qu'il défende des formules aérodynamiques discutables (propulsifs avec arbre de transmission long) a rédigé un ouvrage particulièrement riche en données sur l'aérodynamique à faible nombre de reynolds. Il propose également un certain nombre de methodes d'analyse de la qualité aérodynamique des avions légers.

AIRCRAFT PERFORMANCE IMPROVEMENT ARTICLES & LECTURES

Conception des ailes et fuselages laminaires, emplacement de l'hélice, Performances et améliorations, Etudes de l'AR5 et du VMAX probe, exposés dur les fondamentaux de la trainée, trainée des fuselages, domaine des écoulements laminaires à faibles Re etc ..


Sadi CARNOT (1796-1832)

Il ne publia qu’un seul livre "Réflexions sur la puissance motrice du feu et sur les machines propres à développer cette puissance" (Paris, 1824), dans lequel il exprima, à l’âge de 27 ans, ce qui s’avèrera être le travail de sa vie. Base théorique incontournable des moteurs thermiques.
Il formula l’exposé raisonné du moteur thermique et les principes de bases selon lesquels toute centrale énergétique, toute automobile, tout moteur à réaction est aujourd’hui conçu en s'appuyant dans sa démarche sur l’art de l’ingénieur. Plus remarquable, cette genèse se fit alors même qu’aucun prédécesseur n’avait encore défini la nature comme l’étendue du sujet.
En résumé, transformer de la chaleur en travail mécanique ne peut se faire à rendement unité.


Octave CHANUTE (1832-1910)

Après avoir mené une carrière d’ingénieur dans plusieurs sociétés de chemins de fer et ayant acquis une certaine aisance financière, il se fixe à Chicago en 1889 où il devient ingénieur-conseil et s’intéresse à l’aviation.

Ayant le don de la documentation et de l’information, il rassemble tous les documents dont il a entendu parler et entreprend de les diffuser. En 1894, il publie Progress in Flying Machines (Progrès dans les machines volantes), qui lui assure une grande notoriété.

En 1896, il entreprend avec Augustus Herring et William Avery la construction d’un planeur inspiré de ceux d’Otto Lilienthal. S’estimant trop âgé pour expérimenter lui-même, il engage trois jeunes aides. En juin, partant du haut des collines de sable qui bordent le lac Michigan, près de Chicago, ils testent plusieurs modèles de planeurs et, le 4 juillet, arrivent à parcourir une trentaine de mètres. Plusieurs centaines de glissades sont effectuées en 1896 et 1897 sans aucun accident. Le plus long parcours est de 109 m avec un angle de chute de 10 degrés.

Il fut un lien important entre les pionniers américains (en particuliers les frères Wright) et les Européens (Ferber, Santos-Dumont etc.).






Je me suis libéré des emprises de la terre pour danser dans le ciel sur mes ailes argentées d'un grand rire.
Je suis allé vers le soleil, j'ai rejoint les cascades chaotiques de nuages découpés par des rais de lumière, Et là, j'ai vécu des moments dont vous n'avez même jamais rêvé, J’ai glissé, plané et balancé, si haut dans le silence éblouissant de lumière.
Suspendu dans le ciel, j'ai pourchassé les vents hurlants, Et lancé ma piaffante monture au travers des espaces insondables de l’atmosphère.
Haut, plus haut, dans un délire de bleu brûlant, J'ai survolé les sommets balayés par les vents dans une sérénité que nul aigle, nulle alouette n'a jamais vécue.
Puis, alors que mon esprit silencieux s'élevait au travers du sanctuaire inviolé de l'espace, J'ai tendu la main et j’ai caressé le visage de Dieu.

JOHN GILLESPIE MAGEE Jr.
( 1922 - 1941)

Pierre CLOSTERMANN (1921-2006)

Pierre clostermann fut un autentique héros de la France libre. la guerre fut pour ce jeune homme une occasion exceptionnelle d'assouvir à la fois, sa soif de pilote et son sens de l'honneur national. Il combattra avec une fougue juvénile et une agressivité ignorant le risque. Il deviendra un héros... l'as des chasseurs des FAFL. Il saura magnifiquement évoquer cette épopée l'allant de ces jeunes hommes courageux et désintérréssés dans le ,« Le Grand Cirque ».

A une époque où les vertus de courage physique et moral, d'abnégation, de patriotisme sont considérées comme "ringardes", il est souhaitable de se rappeler que nous devons notre liberté et notre confort de vie actuels à des hommes comme celui qui vient de rejoindre le bleu brûlant!

• Grand Croix de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération
• Médaille Militaire
• Croix de Guerre 39/45 (19 citations)
• Croix de la Valeur Militaire (2 citations)
• Médaille de la Résistance avec rosette
• Distinguished Service Order (GB)
• Distinguished Flying Cross and Bar (GB)
• Silver Star (USA)
• Air Medal (USA)


Principales Publications
Le Grand Cirque, souvenirs d'un pilote de chasse français dans la RAF, Paris 1948
Feux du Ciel, Paris 1951
Une chasse dans le ciel , Liège 1954
Appui-feu sur l'Oued Hallaïl, Paris 1960
Une sacrée guerre !, Paris 1992
L'histoire vécue, Paris 1998
Une vie pas comme les autres, Paris 1998


Michel COLOMBAN


- D -


Jean DELEMONTEZ

Du petit D9 monoplace de 1946 au quadriplace d’aujourd’hui, ce sont plus de 7000 appareils bois et toile à ailes « aux bouts relevés » qui ont été produits. Un succès remarquable due en grande partie aux performances tout à fait honorables et aux coûts d'exploitations réduits.
Le génie de Délémontez : difficile de faire plus simple dans tous les détails. les Avions JODEL se sont fait remarquer par leur bonne qualité massique, par une simplicité de construction évidente,par leur économie d’utilisation, ainsi que leur fiabilité et sécurité de pilotage.

De construction bois et toile, technologie qui demeure d’une efficacité redoutable lorsqu’il s’agit de construire des appareils légers. Le bois dispose d’atouts non négligeables : coût réduit, outillage minimal, résistance au vieillissement, absence de corrosion, facilité de réparation.



Rudolf DIESEL (1858-1913)

Rudolf Diesel rédige son ouvrage : " Théorie et projet d'un moteur thermique rationnel ".
Ce titre est révélateur d'une méthode de travail rare (même de nos jours), l'étude théorique d'un objet avant sa réalisation, et la vérification a posteriori du bien fondé de la théorie.
Son moteur prototype a atteint 25 % de rendement dès les premiers tours, ce qui est exceptionnel.
L'intérêt majeur du moteur Diesel est la possibilité d'utiliser des rapports volumétriques importants, source de bons rendements.
L'inconvénient qui en résulte est une masse de moteur élevée.
Pour l'usage aéronautique, un bilan de masse est donc nécessaire.


Mark DRELA

Professeur au MIT, détenteur du record de vitesse en hydroptère à pédales, comme concepteur, co-réalisateur, pilote et pédaleur. Le Decavitator est un hydroptère « à pédales », détenteur du record de vitesse pour un bateau à moteur humain (human powered). La vitesse du record est de 18,5 nœuds (9,53 m/s soit 34,308 km/h) sur une distance de 100 m à Boston le 27 octobre 1991. Sa conception et sa fabrication sont effectuées par le Massachusetts Institute of Technology, sous la direction de Mark Drela. Mark DRELA est également l'auteur du logiciel XFOIL.


- E -


Gustave EIFFEL (1832-1923)

Eiffel, ingénieur adepte de la construction métallique, ayant poussé l'art du génie civil fort loin, était aussi un aérodynamicien expérimentateur dont on ne présente plus les travaux : ils se suffisent à eux-mêmes.
A noter que les travaux d'EIFFEL permettent de définir pour la première fois la forme d'un corps de révolution qui minimise la trainée de pression et de frottement.


La soufflerie déplacée rue Boileau en 1912 tourne sans discontinuer depuis ce jour.


- F -


FREYSSINET (1879-1962)

Le génie du béton précontraint, des péniches rationnalisées etc ...


- G -



- H -


René HIRSCH

René Hirsch, chercheur infatigable.
Les habitués de Toussus-le-Noble connaissaient la silhouette de René Hirsch, homme discret, modeste et souriant. Mais combien savent ce que la technique aéronautique lui doit ?
Ayant triomphé de sévères épreuves de santé, il n'a jamais admis qu'elles portent ombrage à sa soif de travail. Ingénieur agronome, sorti second de l'Ecole Forestière de Nancy en 1931, il devait occuper des postes de responsabilité, en France et en Algérie, volet d'une vie d'aventures... parfois angoissantes (pendant l'occupation en particulier)
Mais cet ingénieur a aussi une passion: l'aviation. Breveté pilote en 1931, il possédera « ses » avions toujours « optimisés » par des « solutions » personnelles. A force de travaux et de recherches, il devient un aérodynamicien de grande classe. Certains personnages haut placés dans l'aéronautique ne lui facilitent pas la tâche, d'autres savent mesurer sa compétence. On retrouve sa griffe dans les programmes les plus divers: Hurel-Dubois 31, Breguet 940, Nord 500, « Jaguar », « Airbus », rotors d'hélicoptères, programmes spatiaux, dirigeables, etc.
Il travaille à l'ONERA, fait des cours à l'ESTAé, à Istamboul, au Québec... Pourtant jamais il ne négligera ses travaux personnels, objets d'une thèse de Doctorat soutenue en 1938 sous le titre: « Moyens de soustraire un avion à l'action des rafales. » Il construira son bimoteur expérimental doté de « systèmes d'absorption de rafales »... ce sera le RCH 100 qui accumulera 130 heures en campagnes d'essais successives de 1954 à 1970, avant d'être exposé au Musée de l'Air.

Article d'Info pilote nov. 1999 (2 Mo) Clic !


HOERNER

S.F. Hoerner après de solides études dans les laboratoires de recherche aéronautique allemands et une longue collaboration à la réalisation d'avions de réputation mondiale tels que les Junkers et les Messerschmitt fut "invité" par la NACA aux Etats Unis. Ses employeurs d'alors eurent l'intélligence de lui demande de coucher par ecrit tout ce qu'il avait appris dans les souffleries.



- I -



- J -


Hugo JUNKERS (1859-1935)

Hugo JUNKER

http://www.ju-f13.de/ http://www.junkers.de.vu/


Howell C. "Nick" JONES

Créateur du White Lightning (réalisé en 8 mois à 5 copains), sa qualité aérodynamique (Cfe de 0,0032) est telle que ce quadriplace équipé d'un moteur Lycoming de 210 HP, avance à 440 km/h !

Formes simples, pas de rétreint de fuselage, pas de moteur propulsifs, pas de plans canards, pas de winglets, pas de gris gris, le White lightning n'est pas "à la mode", mais quand on à le talent de son concepteur c'est inutile.

Le white lightning est actuellement l'appareil le plus proche des limites théoriques possibles en aérodynamique et propulsion. C'est l'état de l'art par excellence.



- K -



- L -


Jean-Joseph Etienne LENOIR (1822-1900)

En 1860 apparaît le moteur Lenoir, premier moteur à combustion interne (malheureusement sans compression préalable, qui aurait permis un meilleur rendement). Lenoir est le véritable précurseur dans le domaine de la motorisation, hélas peu reconnu, sans doute en raison de son origine (Lenoir était cafetier, et expérimentateur amateur de génie).


Jacques LECARME (1906-1986)

Ingénieur, pilote d'essais, journaliste, Lecarme a été une personnalité dominante dans la justesse de réflexion, en ce qui concerne les qualités des aéronefs. Sa vision globale, son ton journalistique en font toujours une référence dont feraient mieux de s'inspirer nos contemporains au cerveau ramolli par la télévision, les consoles de jeux et les fringues de pseudo-marque.


Alexandre LIPPISCH (1894-1976)

Le Dr. Alexander Martin Lippisch fut un pionnier allemand de l'aérodynamique qui contribua à la compréhension des ailes volantes, des ailes delta et de l'effet de sol. Sa conception la plus célèbre fut l'intercepteur allemand, le Messerschmitt Me 163.

Début 1939, le Reichsluftfahrtministerium (RLM) - (ministère de l'Aviation du IIIème Reich) transféra Lippisch et son équipe à l'usine Messerschmitt pour concevoir un avion de chasse à haute vitesse propulsé par des moteurs-fusées, en cours de développement par Hellmuth Walter. Ils ont rapidement adapté leur conception alors en cours, le DFS 194, à la puissance des moteurs-fusées. Ce fut l'ancêtre direct du Messerschmitt Me 163 Komet. Bien que techniquement brillant, le Komet ne s'est pas avéré être une arme réussie, et les désaccords entre Lippisch et Messerschmitt étaient fréquents.

En 1943, Lippisch rejoignit l'institut de recherche aéronautique Luftfahrtforschungsanstalt Wien (LFW) de Vienne, pour se concentrer sur les problèmes du vol à hautes vitesse. Les recherche en souffleries en 1939 montrèrent que l'aile delta était un bon choix pour le vol supersonique et l'équipe de Lippisch conçut un avion supersonique à Statoréacteur (ramjet), le Lippisch P-13. A la fin de la guerre, le projet n'en était encore qu'au stade de planeur d'essai, le Dm-1.

Comme beaucoup de scientifiques allemands, Lippisch fut "invité" aux États-Unis après la guerre lors de l'opération Paperclip. Lippisch travailla sur le Convair XF92. Bien que l'U.S. Air Force perdit de l'intérêt pour le F-92, l'expérience de Convair avec la conception d'aile delta s'imposa dans d'autres projets comme le F-102 Delta Dagger, F-106 Delta Dart et le B-58 Hustler.

A la fin de sa vie, Lippisch travailla sur des prototypes d'aérodynes et d'appareils à effet de sol.




L'université d'IOWA publie une excellente réédition des vidéos de cours d'aérodynamique de M. LIPPISCH en 13 épisodes dont voici le programme.

Alexander Lippisch teste une maquette d'avion fusée. A noter l'allumeur du moteur fusée dans le bec du concepteur !!





Preview
The Laws of Fluid Motion
History of Early Flight
Discovery of Dynamic Lift
Stability and Control
Propulsion
Problems of Drag

The Induced Drag
Different Aircraft
High Lift Devices
Story of the Vortex
Flight in Nature
Modern Problems of Flight

Un apperçu de cette formidable série est visible ici :


René LOIRE (1923 - 2011)

Passionné d'histoire, de sciences, d'arts, de techniques et d'opéra, René LOIRE, ingénieur dans le BTP et dans les plates formes pétrolières est un personnage particulièrement brillant. Il nous présente ses réfléxions sur l'art de l'ingénieur. En lisant "le dessineur d'abord", "place au dessineur" et "le frappeur", on est frappé par l'excellence du raisonnement de son auteur.

A lire absoluement pour son éloge de la simplicité et ses propositions iconoclastes. !
A noter que le bibliothécaire d'inter action est depuis peu le distributeur des oeuvre de René Loire.
pour toutes infos, contactez le bibliothécaire.



- M -


Heinrich Gustav MAGNUS (1802-1870)

MAGNUS fut le précurseur de l'explication du phénomène de portance. Il mit en évidence l'effet du vent sur les trajectoires d'obus appelé depuis :"effet magnus". Lorsqu'une balle en rotation se déplace dans l'air, elle va par frottement modifier la vitesse du courant d'air autour d'elle. L'effet sera dissymétrique : d'un côté la balle entraîne l'air qui accélère. De ce côté la pression diminue. De l'autre côté la balle freine l'écoulement d'air et la pression augmente. On aura donc une différence de pression et la balle va se déplacer du côté où la pression est plus faible.



Etiennes-Jules MAREY (1830 - 1904)

Inventeur de la chronophotographie, Marey fut aussi le premier à faire des photos d'écoulements aérodynamiques dans sa petite soufflerie à fumées. On notera l'extraordinaire qualité des images obtenues par un scientifique qui savait aussi se servir de ses mains !


MIKOYAN-GOUREVITCH


Un poster descriptif du Mig 15 (Clic !)


Les essais aérodynamiques du Mig 15 au TsAGI (Clic !)


Henri MIGNET (1893 - 1965)

Créateur de la formule Pou-du-ciel, initiateur du Réseau du Sport de l'Air (RSA), il est le père de l'aviation populaire.

Mignet milite pour la simplification du pilotage, la sécurité des aéronefs et l'aviation populaire.

Les nombreux accidents d'avions causés par un décrochage suivi d'une vrille l'amènent à étudier un nouveau concept.
Sa nouvelle formule (HM-13) se pilote sur deux axes. Il agit directement sur l'incidence de l'aile avant. Il supprime également les ailerons en surdimensionnant la gouverne de direction. Ce nouvel avion a pour particularité de s'incliner automatiquement en virage et de ne pas pouvoir entrer en vrille. À faible vitesse, le Pou-du-Ciel s'enfonce comme un parachute à une vitesse de l'ordre de 45 km/h sur une pente de 45°.

Le 10 septembre 1933, il effectua le premier vol du HM-14 (Pou-du-ciel formule définitive) construit en un mois. En 1934, il publiera un livre imprimé Le Sport de l’air consacré au HM-14 et présentera son pou du ciel au 14e Salon de l’aéronautique. Grâce à lui naît une aviation populaire accessible à tous.




Charles MOCHET - VELOCAR - SUPERVELOCAR

Le vélo à pédalage horizontal MOCHET, que l'on appela aussi en raison de ses origines le Vélo-Vélocar ou Vélorizontal fut le premier à démontrer un vrai gain de performances sur les vélos classiques.
Mochet commercialisa également des quadricycles à pédales?

(Courtoisie http://www.velorizontal.com/)







- N -


Isaac NEWTON (1643-1727)

Newton, bien connu des amateurs de Gosciny/Gotlib, était à la fois anglais et génial, ce qui redonne confiance en le côté bon de la nature humaine.
Ses réflexions concernent :
- la philosophie ;
- la mathématique ;
- la physique ;
- la mécanique ;
- astronomie ;
- etc.

Grâce à la peste qui a sévit à Londres, sa fuite à la campagne lui a permis de déterminer les lois fondamentales de la mécanique.



- P -





Alphonse Pénaud (1850-1880)

brillant et tragique. D'un esprit modeste et d'une personnalité attachante, aussi brillant théoricien qu'habile technicien, Pénaud fut à coup sûr l'un des précurseurs les plus clairvoyants de l'aéronautique balbutiante. Et pourtant Alphonse, fils de l'amiral Pénaud, né à Paris en 1850, se destinait à la marine. C'est une maladie invalidante qui amena son esprit créatif à s'intéresser à la difficile question des machines volantes.

Avril 1870: Pénaud inventa un mode de propulsion qui demeura longtemps le seul moteur utilisable (par son ratio puissance -poids) : le moteur à élastique, fait de brins de caoutchouc tordus. Sa première réalisation efficace: un hélicoptère en modèle réduit. D'une construction très légère, cet appareil pouvait monter au plafond et s'y maintenir avant de regagner le sol. Le souci de perfection de Pénaud l'amena à faire réaliser son appareil par l'horloger-ingénieur Breguet: les pales des hélices, en papier, furent dorées pour accroître la finesse et les plus petites pièces furent élaborées en aluminium.

Le 18 août 1871, il démontra que le vol continu n'était pas une chimère. Son "Planophore", un aéropolane de petite dimension), était en mesure d'effectuer des vols de 60 mètres. Il s'agissait d'un monoplan pourvu à l'arrière d'un empennage stabilisateur, dont le moteur à élastique actionnait une hélice tractrice ou propulsive, suivant les modèles réalisés. Les caractéristiques qui seront plus tard celles d'un avion étaient déjà révélées dans cet appareil résolument novateur pour son époque : C'était un des tout premiers appareils volant présentant les caractéristiques qui allaient s'imposer : séparation nette des fonctions portance (aile), stabilisation (empennage), motorisation (caoutchouc) et propulsion (hélice). . L'expérience fondamentale du vol du "Planophore", qui fut réitérée à diverses reprises devant les membres de la toute jeune Société française de navigation aérienne, permit à Pénaud d'étudier les lois de la stabilité longitudinale d'un aéroplane. Pour compenser l'effet de couple de l'hélice, il plaça un poids sur l'une des ailes, puis résolut la question en appliquant une torsion adéquate à la voilure. Il abordera également d'autres modes de déplacement aérien, comme sa machine à ailes battantes et reviendra vers des appareils à voilure tournante.

Ne négligeant pas les travaux de ses prédécesseurs, il exhuma et publia les travaux de Cayley, "LE" précurseur*. Entre 1872 et 1875, il publia de nombreux traités, entre autres sur les lois qui régissent le glissement dans l'air, la résistance de l'air et le vol plané. C'est à Alphonse Pénaud que l'on doit la définition des trois problèmes de base de l'aviation: résistance de l'air, résistance de la machine et légèreté du moteur. Exprimant, contre le courant de l'époque, plutôt prompt à croire en la vapeur (cf. Clément Ader) ou en l'électricité , sa foi inébranlable dans les tout jeunes moteurs à hydrocarbures, il s'attacha surtout à tenter de résoudre les deux premiers problèmes.

Là où Pénaud fit montre de la justesse de ses vues, c'est dans le projet d'aéroplane qu'il élabora avec Paul Gauchot. Qu'on juge des caractéristiques de l'appareil dont le brevet fut déposé en 1876: un monoplan amphibie en forme d'aile volante mû par deux hélices (à pas variable!) tractrices. La structure de l'aile était prévue en bois ou en métal avec recouvrement contribuant à la solidité et il était prévu que le haubanage des premiers modèles, constitué de lames fuselées, devait vite disparaître au profit d'une aile plus robuste et dépourvue de tout hauban. Et, vision d'avenir: train d'atterrissage rétractable avec amortisseurs à air comprimé, fuselage étanche préfigurant les hydravions à coque, flotteurs en bout d'aile, lancement possible par catapulte et, avec plusieurs décennies d'avance, une commande centralisée des gouvernes (compensées) de direction et de profondeur. Ne perdons pas de vue que nous ne sommes qu'en 1876, vingt-sept ans avant le vol historique de Kitty Hawk! Entrons dans les détails: appui-tête fuselé, pare-brise, girouettes d'inclinaison, clinomètre à liquide, indicateurs anémométriques, commande électrique du gouvernail de profondeur, indicateurs de la pression de l'air sur les ailes... La liste figurant sur le brevet de 1876 est impressionnante.

Alphonse Pénaud n'avait rien d'un "business man". Trouver les capitaux pour mener à bien son entreprise était au-delà de ses forces, si bien qu'il commença à présenter des symptômes psychiques inquiétants. Il rompit avec la Société aéronautique et lorsque le grand Giffard lui-même lui refusa son aide, en 1880, il rentra chez lui et se donna la mort. Détail macabre: avant de mettre fin à ses jours, à l'âge de trente ans, il enferma tous ses plans dans un petit cercueil.

Deux enfants, aux U.S.A., s'étaient vus offrir par leur père l'hélicoptère-jouet de Pénaud dont ils étudieront les écrits: Orville et Wilbur Wright.

©Aérostories, 2000


Ludwig PRANDTL (1875-1953)

Prandtl était théoricien conscient de la réalité physique des choses. Bien qu'allemand, son génie nous éclaire encore.
Il est à l'origine de la première explication rationnelle cohérente du phénomène de portance (déflexion, tourbillon lié). Les visualisations qu'il fit dans son petit cannal hydraulique sont spéctaculaires.
On reconnait les génies à l'extrême simplicité des expériences qu'ils mettent en oeuvre pour en tirer des modélisations des phénomènes physiques.



- Q -



- R -




Marcel RIFFARD (1886-1981)

Un des ingénieurs aéronautiques français les plus respectés. Chef du bureau d'études de Breguet à partir de 1917, il fut directeur technique de de Monge (1923- 1926), du bureau d'études marine de Lioré et Ollivier (1926-1930), des Avions Caudron-Renault (1932-1940) et c'est lui qui conçut et développa les "Rafale" et les "Simoun" qui s'illustrèrent dans la Coupe Deutsch et sur lesquels il appliqua l' "aile crocodile" (volets d'intrados).
Des les années 30, il atteignit les limites pratiques de qualité aérodynamique et massique (respectivement des Cfe de 0,0045 et une fraction de masse de 0,45).
Marcel RIFFARD sévit également dans le domaine des véhicules routiers et en particulier dans les vélos carénées : Vélo torpille avec l'ingénieur Buneau-Varilla et Vélodyne.


Charles RENARD

Avec son pote Krebbs, il a réalisé le premier vol en circuit fermé (dirigeable "la France").


Pierre ROUSSELOT (1941-2011)

Ingénieur Arts & Métiers, modéliste, chercheur en aéronautique légère.
Rappelons aux plus jeunes que Pierre fut rédacteur en chef de la revue MRA (Modèle réduit d’avion)... Avec une ligne éditoriale qui en faisait une revue de référence.

Pierre avait co-créé le fameux "Bizuth", cette caisse à voler (pas très belle mais fonctionnelle) que de nombreux débutants ont pu construire... et faire voler. Pierre s’est intéressé très tôt à la théorie et à la conception des avions légers. Il est l'auteur de nombreux articles concernant l'Aérodynamique, la stabilité etc ...

Il avait beaucoup œuvré- je dirais milité, c'est bien le mot qui convient - pour la vulgarisation des connaissances aéronautiques, et en particulier passé beaucoup de temps à expliquer la notion de foyer aérodynamique et les principes de la stabilité des aéronefs.
Cette quête de savoir l’a conduit, sous l’impulsion de Philippe Labbe, à défricher la théorie relative à la stabilité du Pou du Ciel. Ses études sont consignées dans un document de 200 pages. C’est sans doute la personne qui a la mieux compris le fonctionnement de cette formule.

Il est enfin l'auteur de l'extraordinaire manuel "Avions légers: Construction amateur; Réalisations industrielles; Avions anciens." que l'on pourrait à juste titre considérer comme la seule "bibliothèque portable" de documents relatifs à "notre aviation", une compilation d’articles techniques.

Depuis quelques années il avait débuté un monumental ouvrage sur la conception des avions légers. Nous avions eu à Inter Action la primeur d’un des premiers chapitres qu’il avait écrit sur la stabilité de route des avions légers.
Nous ne pouvons que regretter qu’il décède avant d’être venu à bout de son ouvrage.

Nous perdons là un Grand Ingénieur lequel fit beaucoup pour les constructeurs amateurs, et les modélistes.







- S -


Edgard SCHMUED

Edgard SCHMUED Allemand émigré aux US dans les années 30.
Concepteur du P-51 Mustang (avant-projet bouclé en une nuit !).

Durée du projet du premier dessin au vol du prototype : 117 jours, de la conception à la naissance.
Ach ! l'efficacité AllemANDE !!

Schmued est l'un des premiers ingénieurs à introduire les profils laminaires sur son chef d'oeuvre : Le P51B Mustang. Le traitement combiné de la trainée d'interaction et de la traînée de refroidissement est également remarquable.

Plus tard, Schmued interviendra également sur la conception du F86 Sabre.





- T -


Andréï TUPOLEV (1888 - 1972)

Chef du bureau d'étude du même nom et Créateur de bombardier lourds TU 95 quadrimoteurs à hélices contrarotatives aux formes étrangements hors normes ainsi que de leur dérivé civil TU 114.
Les concepteurs contemporains devraient s'inspirer du Tu-114 pour une aviation qui fonctionnera bientôt à plus de 100$ le baril de manière chronique. La preuve vivante qu'on peut aller vite avec des batteuses (460 noeuds de VTAS; 6700 milles nautiques d'autonomie; 170 pax avec une partie restaurant/bar et des couchettes !!! Contre 490 noeuds; 3300 milles et 149 pax tassés comme des sardines pour son concurent américain le boeing 707).


On comprend mieux la mine dépitée de Andreï Nikolayevitch Tupolev qui semble nous dire : "et pourtant, elles tournent !!!"

Pour se replonger dans l'ambiance, une vidéo vous est proposée ci contre!
(4 Mo; mettre le son à fond !!))


un petit apperçu de la vie des équipages qui s'entrainaient à aller bombarder Chicago"

Pour se replonger dans l'ambiance, une vidéo vous est proposée ci contre!





- U -



- V -


Léonard de VINCI (1452 - 1519)

Italien d'origine, embarqué en France par François 1er probablement vers 1515 (une date automatiquement liée à ce bon roi). Vinci était vraiment un "honnête homme" au sens de ce terme donné pendant le siècle des lumières.

On lui doit en aéronautique :

- la description d'un hélicoptère ;
- un machin à ailes battantes ;
- la description d'un parachute ;
- une observation exacte des écoulements derrière les piles de pont ;
- l'observation des oiseaux ;
- de toutes façons, il a tout fait...



Lettre de motivation envoyée par Léonard de Vinci au Duc de Milan (1482)

...
1° J'ai un moyen de construire des ponts très légers et faciles à transporter, pour la poursuite de l'ennemi en fuite ; d'autres plus solides qui résistent au feu et à l'assaut, et aussi aisés à poser et à enlever. Je connais aussi des moyens de brûler et de détruire les ponts de l'ennemi.

2° pour l'investissement d'une place forte, je sais comment chasser l'eau des fossés et faire des échelles d'escalade et autres instruments d'assaut.

3° Si par sa hauteur ou par sa force, la place ne peut être bombardée, j'ai un moyen de miner toute forteresse dont les fondations ne sont pas en pierre.

4° Je puis faire un canon facile à transporter qui lance des matières inflammables, causant un grand dommage et aussi grande terreur par la fumée.

5° Au moyen de passages souterrains étroits et tortueux, creusés sans bruit, je peux faire passer une route sous des fossés et sous un fleuve.

6° Je puis construire des voitures couvertes et indestructibles (des tanks) portant de l'artillerie et, qui ouvrant les rangs de l'ennemi, briseraient les troupes les plus solides. L'infanterie les suivrait sans difficulté.

7° Je puis construire des canons, des mortiers, des engins à feu de forme pratique et, et différents de ceux en usage.

8° Là où on ne peut se servir de canon, je puis le remplacer par des catapultes et des engins pour lancer des traits d'une efficacité étonnante et jusqu'ici inconnus. Enfin, quel que soit le cas, je puis trouver des moyens infinis pour l'attaque.

9° S'il s'agit d'un combat naval, j'ai de nombreuses machines de la plus grande puissance pour l'attaque comme pour la défense : vaisseaux qui résistent au feu le plus vif, poudres et vapeurs.

10° En temps de paix, je puis égaler, je crois, n'importe qui dans l'architecture, construire des monuments privés et publics, et conduire l'eau d'un endroit à l'autre. Je puis exécuter de la sculpture en marbre, bronze, terre cuite. De même, en peinture, mon oeuvre peut égaler celle de n'importe qui ... !



- W -


Sir Franck WHITTLE (1907-1996)

Une belle paire de lunettes, une règle à calcul, un stylo et un cahier (et le flegme britannique en sus), voilà qui caractérise bien cet illustre sujet de sa gracieuse majestée : l'inventeur du réacteur qu'il breveta en 1930!



- X -



- Y -



- Z -


Robert Zubrin

Robert Zubrin, ancien ingénieur de chez Martin-Marietta, devenu Lockheed-Martin Astronautics, fondateur de la "Mars Society", promoteur du plan "Mars Direct" : comment explorer la planète la planète rouge de façon rationnelle et à moindre frais, en voyageant léger, en produisant une partie du carburant sur place, en utilisant le freinage dans l'atmosphère martienne, et en connaissant bien sa mécanique céleste.
La démarche intellectuelle de "concepteur" de mission spatiale rejoint la notion de conception synthétique propre à Inter-action, la démonstration est passionnante.

A lire absoluement : son livre "Cap sur Mars" aux éditions Goursau.


Pour ceux qui n'ont vraiment pas envie de considérer les bons comme référence, et qui préfèrent "bricoler" en prenant les débiles comme référence, nous avons en magasin une méthode très efficace : la méthode "POULE-BALEINE". Cette méthode a été transmise par M. Marti (loin d'être débile !).

Voici la méthode :
1. inscrire les choix possibles de conception sur un papier. Exemples :
- aile : biplane, monoplane haute, médiane, basse, tandem, canard, sesquiplan, etc.
- fuselage : côte à côte, tandem, etc.
- moteur : propulsif, tractif, latéral, arbre long, etc.
- etc.

2. avec votre doigt, en chantant "POULE" puis "BALEINE" alternativement, faire correspondre chaque syllabe avec un choix possible

POULE :
Pond
une poule sur un mur
qui picote du pain dur
picoti picota
se casse les dents et puis s'en va

BALEINE :
La baleine qui tourne qui vire
dans son joli petit navire
prenez garde à votre doigt
que la baleine vous morde pas

3. la dernière syllable de la chansonnette indique le meilleur choix.

4. Discussion :
- vous tombez sur des solutions débiles ; ça tombe bien, vous êtes débile, aussi. De quoi vous plaignez-vous ? Au moins, vous êtes dans la majorité !

Comme disait Coluche fort justement : "C'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont raison".

- vous avez de la chance : la TOTALITE des choix correspond à une réflexion rationnelle. Vous êtes vraiment vernis. Probablement cocu, même.